Archives par mot-clé : italien

Une émission pour l’environnement

En classe d’italien, les élèves de 6e ont lu le roman de Luis Sepulveda : Storia di una gabbianella e del gatto che le insegno’ a volare. Puis leur enseignante, Mme Marchi, leur a demandé de lister dans ce texte les éléments de destruction de l’environnement :  le pétrole, le plastique, le braconnage, entre autres…

Puis, répartis en petits groupes, les élèves ont fait des recherches sur internet à propos de l’élément choisi. Au choix, chaque groupe a produit ensuite une chronique, une interview ou un journal d’informations.

Chaque réalisation invite à une réflexion sur ce que l’homme fait subir à son propre environnement.

Bonne écoute !

L’idée de progrès dans nos oreilles : le gramophone

Au programme du baccalauréat pour les langues vivantes : l’idée de progrès.

En Italien, Mme Marchi a eu la très belle idée d’étudier l’évolution des modalités de diffusion de la musique.

A la découverte d’un objet du XXe siècle, bien loin des lecteurs mp3 : le gramophone ! C’est M. Filiz, musicien professionnel, qui a fait le déplacement pour dépoussiérer cet étrange appareil, révolutionnaire en son temps, car il permettait pour la première fois de pouvoir écouter de la musique chez soi … sans inviter tout un orchestre.

Quelques unes    de ses caractéristiques :

  • la tête ne peut être utilisée que deux fois, il faut la changer ensuite ;
  • l’enregistrement demande aux musiciens de jouer dans une atmosphère chaude (entre 38 et 40 degrés !) pour que la matière du vinyle puisse imprimer la musique ;
  • les interprètes doivent jouer tout près d’un cône qui recueille les ondes ;
  • le disque lui-même est très fragile et ne peut contenir qu’un seul morceau.

Il suffit de se pencher sur les instruments numériques pour percevoir sans nul doute, « l’idée de progrès ».

Un beau voyage dans le passé, grâce aux explications précises et passionnées de M. Filiz qui a su capter l’attention de tous. Merci à lui !

Le printemps des poètes au lycée Victor Hugo

En ce tout début de printemps et comme tous les ans, la poésie est à l’honneur au lycée Victor Hugo, grâce à l’opération « le printemps des poètes » .

En voici ci-contre l’affiche, signée par le grand dessinateur Enki Bilal.

Les élèves et leurs professeurs ont contribué à l’opération, en multipliant les activités autour du genre poétique. Sur ce blog, trois autres productions qui s’ajoutent à l’émission spéciale « poésies plurilingues » de la webradio : à écouter et à lire !

Une nouvelle émission poétique de la webradio

L’équipe de la webradio propose tout d’abord quelques poèmes à écouter. Au micro, les élèves de CM1 qui interprètent un poème sur l’école, puis un autre sur le printemps :

  • « Cosa hai fatto a scuola » de Janna Carioli – par Giulio et Olimpia ;
  • « Ventuno marzo » de Gianni Rodari – par Bianca et Alexander.
Création poétique collective

Avec Mme Chabanet, les élèves de CE2 ont signé un texte original sur le thème annuel de la beauté : sous forme de recette !

     Panneaux poétiques !

Ce sont les classes de 6e et de 5e qui ont élaboré en italien deux très beaux panneaux poétiques, à consulter dans les couloirs de l’établissement, à partir du même thème annuel de la beauté, ce qui n’a pas manqué d’inspirer les écrivains en herbe !

Dans cette réalisation, les poèmes originaux sont aussi mis en page et illustrés par leurs jeunes auteurs.

 

Émission spéciale : poésies plurilingues

Webradio, émission spéciale !

Le printemps des poètes est imminent ; cette opération, qui fête cette année ses 20 ans d’existence avec pour thème « la beauté », propose de mettre à l’honneur la poésie pendant le mois de mars, notamment dans les établissements scolaires.

L’équipe de la Webradio, chapeautée par Mme Marchi, a eu l’ambitieuse idée de réunir pour cette émission :

 

  • des lectures de poèmes dans toutes les langues enseignées dans notre établissement : français, italien, anglais, espagnol, allemand et chinois !
  • par des élèves de tous âges, de la primaire à la Terminale,
  • les productions originales des élèves se mêlant à des textes d’auteur.

N.B. les accoutrements surprenants sur les photos n’ont rien à voir avec la lecture des poèmes – l’enregistrement a eu lieu le jour du carnaval de l’école !

Si vous désirez relire en ligne certains poèmes d’auteur, voici les liens :

 

Ce dernier texte est dédié à la femme de Goethe. Le poète fait la découverte d’une très belle fleur. Au lieu de la cueillir, il préfère en extraire les racines et la replanter chez lui ; superbe parabole amoureuse !

Quant au poème chinois, il s’agit de « Pensées nocturnes » de Li Bai. C’est un poème dédié à la lune ; en Chine une fête lui est dédiée à la mi-automne, quand elle est la plus pleine et la plus brillante. A cette occasion, les familles se réunissent et mangent des  gâteaux de lune ou « moon-cakes ». Traditionnellement, ceux qui ne peuvent être auprès de leurs proches cette nuit-là regardent la lune et pensent à leur famille.  

Notre élève sinophone, George, propose du poème la traduction suivante :

Pensées Nocturnes

Un rayon de lune devant mon lit

Comme si le givre rendait la terre blanchie

Je lève ma tête et voit l’astre briller

Je la baisse et c’est vers ma terre natale que se tournent mes pensées.

 

 

Les élections européennes 2019 : pour une démocratie active

Elles approchent à grand pas : les élections européennes auront lieu le dimanche 26 mai prochain. Notre école, française en Italie, place de fait les élèves au cœur de la citoyenneté européenne. Si peu de nos élèves sont déjà majeurs, ils le deviendront vite et seront amenés à voter.

C’est dans cette perspective que les professeurs de 1e et Tle ES, Mme Germain en SES et M. Silvestri en Histoire et Géographie, ont organisé le projet « Les élections européennes 2019 : pour une démocratie active » en collaboration avec le prestigieux IUE : l’Institut Universitaire Européen qui siège en Toscane, à Fiesole.

Premier volet : un cours sur l’Union Européenne

Le lundi 14 janvier dernier, une assistante travaillant à l’IUE s’est déplacée au lycée pour rencontrer nos élèves. Au programme, un cours plutôt classique sur l’histoire, les institutions, les figures d’hier et d’aujourd’hui qui ont participé à l’intégration européenne.

Second volet : tous à Fiesole, à l’Institut de l’Union Européenne !

La seconde rencontre a donc eu lieu à la Villa Salviati le lundi 28 février. Il s’agissait, après ce premier volet, de faire découvrir concrètement et pratiquement aux élèves les enjeux de l’organisation de l’Union Européenne.

Rencontre avec M. Denanot

Dans un premier temps, les élèves ont rencontré un ex-parlementaire européen , M. Jean-Paul Denanot. Cet enseignant en physique chimie de formation s’engage en politique et se voit confier divers mandats : maire, puis directeur du conseil régional du Limousin, il devient député européen de 2008 à 2009.
Il a présenté à nos élèves le Parlement européen, son fonctionnement, ses objectifs et le rapport avec les autres pôles de gouvernance de l’union.

M. Denanot a su ainsi évoquer un mandat européen dans son quotidien, dans ses enjeux concrets, en racontant son expérience les secteurs agricole, migratoire, environnemental….

Groupes de réflexion : comme au Parlement

Les élèves ont été ensuite répartis en trois groupes de travail pour réfléchir à des thématiques européennes spécifiques afin de faire des propositions concrètes et d’en discuter en séance plénière. A savoir : prendre le micro, faire un exposé clair et concis, et échanger ensuite… comme un élu !

En voici la substance :

  • L’éducation dans l’Union Européenne

Enjeu : quelle éducation commune en Europe ?

Constat : pour le moment, il existe surtout des accords bilatéraux – comme d’ailleurs l’ESABAC tel que nous l’enseignons au lycée.

Perspective : l’idée serait de proposer des écoles où tous les diplômes auraient la même valeur dans tous les états membres.

  • Le développement durable dans l’Union Européenne

Enjeu : comment parvenir à la réduction d’émission de CO2 en Europe ?

Constat : l’Europe a pour le moment plusieurs voix émanant des différentes nations, mais la volonté de tenir un cap commun est présente.

Perspective : contre toute attente, l’Europe peut bénéficier de la collaboration future de la Chine qui a atteint un point de non retour et veut devenir le leader du développement durable. Car ce n’est pas du côté des États-Unis que se conjugueront les efforts en matière d’environnement…

  • Les instances représentatives de l’Union Européenne

Enjeu : comment augmenter la représentativité des instances européennes ?

Constat : le parlement n’a à ce jour pas assez de pouvoir ; ses députés sont issus de listes des partis politiques nationaux qui n’ont pas d’équivalence exacte avec les « partis politiques » du parlement.  Quant à la commission européenne, ses membres sont nommés par les gouvernements et non élus par les peuples.

Perspective : il faudrait développer cette représentativité des instances européennes, par exemple en faisant élire les représentants directement par les peuples.

La visite des archives historiques de l’UE.

Une stagiaire archiviste a présenté son travail en expliquant l’importance physique de ces archives sur … plusieurs kilomètres ! Elle a notamment évoqué – et avec passion – les enjeux de son travail :

  • la classification et la différenciation des supports ;
  • les problèmes liés à la conservation, en particulier du papier. Les élèves ont ainsi pu se référer à des notions vues… en cours de physique chimie !
  • la sélection délicate des informations à conserver, des images, des discours écrits et oraux ;
  • l’impact du numérique : les temps de l’archivage  sont bien plus longs que la durée de vie des logiciels de numérisation …

Voyage aux débuts de la photographie – chez les frères Alinari

On le sait, Florence est le berceau de la langue italienne, baptisée justement la langue de Dante. Mais ce que l’on sait moins, c’est que Florence est aussi la ville où fut fondée la première firme photographique au monde !

Il faut remonter en 1852, quand les frères Alinari : Leopoldo, Giuseppe et Romualdo  ouvrirent leur atelier photographique. Leurs services à l’époque : les portraits, mais aussi et surtout les photographies de monuments historiques et d’œuvres d’art – ce qui à Florence ne manque pas.

Les élèves de Terminale étudiant l’italien en langue vivante avec Mme Marchi,  ont eu la chance de découvrir et visiter leurs archives constituées en musée de la photographie. Un vaste panorama des techniques de photographie en constante évolution, du daguerréotype à la collotypie (techniques importées de la France) – et jusqu’à la pointe de la technologie actuelle, puisque cette société est toujours active aujourd’hui, et a su s’adapter à l’ère du numérique. Un modèle de réussite, mêlant entreprenariat, artisanat, art, tradition et innovation !

 

 

 

 

#CAMPIONIdiVITA, rencontre avec des athlètes d’exception

Webradio, nouvelle émission !

Pour ce numéro, l’équipe de la webradio s’est rendue à un événement exceptionnel le 14 novembre dernier : « Campioni di vita » / « Champions de vie », dans le prestigieux Palazzo Vecchio (salone del cinquecento). Il s’agissait pour des élèves de plusieurs écoles de rencontrer des athlètes de haut niveau et de renommée mondiale, en dépit de leur handicap ; un moment fort où les valeurs du sport se déploient chez des personnalités brillantes de courage et de ténacité.

Nos reporters en herbe ont pu interviewer les athlètes, et ce sont ces pépites qu’ils proposent à l’écoute, en italien puis en français.

« Miseria e nobiltà », débat après la projection

La satire, cinéma italien / cinéma français, premier volet !

Dans le cadre de ce projet, les élèves de 3e se sont rendus au cinéma La Compagnia, pour assister à la projection de « Miseria e Nobiltà », film de Mario Mattoli avec dans le rôle principal : Toto’.

Cette projection a été organisée par Le Lanterne Magiche, qui a animé un débat avec les élèves après le visionnage du film.

Mme Salvadori et Mme Fedeli, des Lanterne Magiche, ont ainsi conversé avec nos élèves, ainsi qu’avec ceux du lycée Pascoli, et de l’Institut Calamandrei, à propos du film et du cinéma en général.

En voici quelques extraits à l’écoute :

  • La satire dans « Miseria e nobiltà » : son efficacité comique, son fonctionnement, ses thématiques.
  • Le travail effectué en classe par les 3e du lycée Victor Hugo, en préparation de la projection, avec leurs professeures Mme Marchi et Mme Corfone.
  • L’éducation à l’image cinématographique : de quoi s’agit-il ? Pourquoi est-ce incontournable aujourd’hui ?

Le second volet du projet aura lieu le 16 janvier prochain : satire à la française, avec « Mon Oncle » de J. Tati.

Les Terminale à Prague

Webradio : troisième émission.

Un programme très riche pour finir en beauté l’année 2018 : l’équipe de la webradio vous propose un reportage sur le voyage effectué par les élèves de Terminale à Prague.

Pourquoi Prague ? Pour découvrir une grande ville européenne de culture : les élèves avaient un programme chargé de visites et de sorties sur ces quelques jours.  De quoi unir  l’utile à l’agréable en cette année du baccalauréat : des enjeux pédagogiques aussi bien scientifiques (avec Mme Romatet, enseignante de physiques chimie) que littéraires et historiques (avec Mme Marchi, enseignante de littérature italienne), et bien sûr, une occasion unique de vivre de bons moments, au terme des années lycée, juste avant de se séparer pour affronter les études supérieures.

L’émission vous fera découvrir, en italien et en français  :

  • les attentes des participants avant le voyage ;
  • une interview d’une participante, George ;
  • les avis au retour du voyage, les visites marquantes, les belles découvertes.

Bonne écoute !

 

 

 

Toto’ : interview exclusive

Mercredi 5 décembre, sortie cinéma pour les 3e Rouge et Blanc : ils vont voir à La Compagnia la projection d’un classique du cinéma italien réalisé par Mario Mattoli en 1954, Miseria e Nobiltà.

Cette projection est organisée par Le Lanterne Magiche et c’est le premier volet d’un diptyque croisant le cinéma français et le cinéma italien autour d’un thème commun : la satire.

Dans le rôle principal : Toto’. Une figure incontournable de la commedia all’italiana, rebaptisé il principe della risata, dans le cinéma très populaire des années 50. Il y trouve un rôle taillé sur mesure pour ses talents comiques.

Les 3e Rouge, en préparant cette sortie en cours d’italien avec leur professeure Mme Marchi, ont découvert une interview exclusive de l’artiste, à voir et écouter ci-dessous, pour redécouvrir ce grand personnage du cinéma italien, peut-être un peu oublié des nouvelles générations.